TRANSCRIPTIE van de kopie van een brief van Van de Spiegel aan Etta dd 2 september 1791, uit NL HaNa 3.01.26, invnr 50, kopieboek uitgaande post


De brief is gedeeltelijk afgedrukt in RGP1 blz 171. In de tekst wordt aangegeven welke gedeeltes niet in RGP1 opgenomen zijn. Onderstaande is een letterlijke weergave, alleen heb ik omwille van de leesbaarheid regeleindes en interlinies toegevoegd. Dingen die Van de Spiegel afkort (bijvoorbeeld Mad. voor Madame) zijn hier voluit geschreven. Als hij onderaan een bladzijde komt begint hij nogal te kriebelen, wat de leesbaarheid niet ten goede komt.

Het 'petit ouvrage' dat ze aan Van de Spiegl gezonden heeft, kan eigenlijk niet anders zijn dan het 'Appèl'. Of Van de Spiegel daar echt een woord in gelezen heeft, betwijfel ik ten sterkste.


Transcriptie, het eerste gedeelt van de brief is niet opgenomen in RGP1:

a Madame d'Alders a Paris
le 2 Sept 1791

Envoyé un billet de L 600

La lettre de M. Tinne pour vous etoit deja faite avant de recevoir la votre, Madame, du 29 Aout.

Je vous remercier de l'envoy de votre petit ouvrage que je lirai avec cet interet que m'inspire tout ce qui me vient de votre part;

quant à l'incluse je la garderai jusqu'au retour de la personne a qui elle est addressée.

De rest van de brief is wel in RGP1 opgenomen:

Yous insistez sur une réponse, Madame, au sujet d'une matière que vous avez touchée dans votre précédente; mais vous convriendrez bien avec moi que c'est là une affaire d'une nature si délicate qu'il serait trés dangereux pour un ministre d'en dire son sentiment.

En France on a décrété la responsabilité des ministres: ici la même chose existe de tout tems; mais une chose que je puis vous dire, c'est que jusqu'à présent aucune puissance ne nous a fait des propositions qui regardent la France et qu'aussi on aurait bien de la peine à nous faire prendre parti dans une affaire qui n'a pour objet que l'intérieur et la constitution du royaume.

Et quant à l'Angleterre, ou toutes les apparences me trompent, ou elle envisagera la chose sous le même point de vue.

Adieu Madame, modérez un peu votre zèle pour ce que vous appelez la cause du peuple: vous faites quelquefois que vos amis tremblent pour vous.

Je suis populaire autant qu'un autre, mais le bon peuple vous saurait-il gré si vous vous attiriez quelque mauvaise affaire?
En serait-il plus heureux?


Je bent hier: OpeningBronnenNL-HaNaTg 3.01.26 → invnr 50 (02-09-1791)